Au Festival de Jazz de Montréal 2006

Les photos et commentaires... d'un simple visiteur parmi un million

29 juin 2006

Premier jour officiel du Festival

060629parade07Bien que la météo avait prédit un risque non-négligeable de pluie, quelques âmes courageuses se sont présentées sur le site jeudi soir. Par «quelques» j'entends environ 50,000 :-) y compris votre tout dévoué à compter de 18 heures.

Première destination, l'esplanade de la Place des Arts, devant la scène CBC Television, où faisait escale la parade quotidienne qui prend le départ à 17h30 devant la scène Alcan (elle a donc parcouru environ 200 ou 300 mètres en une demi-heure, ce qui nous porte à croire que les figurants sont tous fonctionnaires). Mais pour une fois, on ne s'en plaint pas.

Pas encore de fanfare cette année, seulement des percussions, des danseuses et quelques figurants en échasses richement costumés. Et les ridicules boules bleues et blanches de Loto-Québec. Le tout déçoit quand on a vu celles des années '90 mais il faut admettre que les rythmes des percussionnistes sont très riches et enlevants.

À 18h30, le Carrefour GM où jouait un quatuor rock-folklore nommé Hot Toddy (grog chaud), un breuvage qui en général se boit avant de dormir, et ces musiciens n'ont pas trahi leur nom. Vite, vite, un peu d'adrénaline à la Terrasse Amarula où se produit à 19h "Sweet Dixie".

060629danse3060629sdixie2bCe groupe porte bien son nom lui aussi, jouant exclusivement du Dixieland... le seul et unique vrai jazz selon les puristes. La foule assez nombreuse (compte tenu que ce coin de la Place est relativement exigü) a bien apprécié, surtout que quelques couples de danseurs se sont jetés spontanément dans la mêlée.

À 20 heures, sur la scène Alcan, on nous promet une découverte: "Nikki" qui est 99,99% inconnue (cherchez-la sur Google avec son nom de famille (Yanofsky), et vous ne trouverez que deux ou trois mentions en passant). Pourtant sa présentation très élogieuse a été faite en personne par un des dirigeants du Festival (qui en ont vu d'autres, n'est-ce pas)... et qui l'avaient eux-mêmes découverte dans un petit club de Montréal.

nikkiCette fille n'a aucun site (et aucun disque); vous lisez ici peut-être un des premiers reportages à son sujet, et pour cause: c'est une gamine de 12 ans!!! Enfin c'est ce qu'on nous dit: on révélerait qu'elle est une naine de 24 ans et je ne serais pas étonné. Mais je l'ai vue de mes yeux. Elle portait une robe ample, bien en bas des genoux, presque une robe de nuit; et elle parle en enfant, un peu gauche mais sans complexe; elle danse un peu, oh, disons plutôt qu'elle sautille. Mais elle chante avec une voix, un timbre, un registre et un style tout à fait adulte. Et accompagnée d'une dizaine de musiciens et choristes ça n'enlève rien à la qualité de la performance!

Les yeux fermés j'aurais d'abord pensé "Shania Twain", d'autant plus que Nikki a chanté plusieurs chansons que je ne connais pas, donc sans doute du populaire récent. Mais Shania ne chante pas de jazz à ce que je sache. Et Nikki, oui. Ella Fitzgerald alors? Non, Nikki n'en est pas encore l'égale (comme tout le monde d'ailleurs!) Elle a éprouvé des difficultés avec "It don't mean a thing if it ain't got that swing".

060629nikki03

Par contre elle a bien fait avec une autre chanson d'Ella (j'oublie laquelle) et aussi en faisant du scat (chanson sans paroles, du genre doubi dirlidoubadi bop etc.)

Alors cette Nikki (qui est Montréalaise, soit dit en passant), c'est une deuxième Céline Dion? Non. De mémoire, quand on entendait chanter notre Céline à 12 ou 14 ans, on se disait "Qu'elle chante bien, cette petite fille!" Mais pour Nikki on se dit "Qui est cette femme?" Elle a été comparée à Aretha Franklin. Moi je dirais peut-être Natalie Cole.

Selon mon journal, le vice-président du Festival est «tombé sur le cul» quand il l'a entendue. Pour ma part, je n'aurais pas pu parce que la foule était trop dense, même évanoui je serais resté debout.

On avait parlé de Nikki un peu dans les journaux et il faut croire que le mot s'est passé, parce qu'il y avait une foule énorme pour l'entendre, peut-être 5,000 personnes! Il y a aussi le fait que les gens arrivaient d'avance pour l'attraction suivante sur la Scène GM, la scène principale du Festival pour "Le grand spectacle d'ouverture" (gratuit), The Neville Brothers.

Ces messieurs sont des Cajuns de Louisiane, jouant du rock à leur manière... qui ne présente pas grand intérêt pour moi... contrairement à environ 5,000 personnes qui se pressaient dans la direction opposée à la mienne alors qu'il y en avait déjà sans doute 20,000 déjà sur place. Pas à recommander pour les agoraphobes, ni ceux qui n'ont jamais rêvé d'être porteur de ballon au football canadien.

Je me suis donc défilé vers la scène Loto-Québec, bien à l'écart dans un parc où il devait bien y avoir encore 5,000 personnes pour Sue Foley, chanteuse de blues. Je suis resté un brin... pas mal du tout, surtout si on aime les blues. Mais j'étais curieux d'une formation nommée "Eyal Maoz's Edom" sur la scêne "Carrefour GM" (à ne pas confondre avec la "Scène GM". Beurk. J'ai poursuivi mon chemin jusqu'à l'entrée du métro.

Posté par RJcb à 17:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire